Warning: Use of undefined constant php - assumed 'php' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /nfs/c10/h06/mnt/227328/domains/2018.lecinemaclub.com/html/wp-content/themes/cinemaclub/page.php on line 81

JOIN
THE CLUB

Pour connaître le film présenté
chaque semaine !

Richard Misek

Richard Misek a réalisé Rohmer in Paris, montré sur Le CiNéMa Club. Le film suit le parcours d’un cinéphile à travers les films de Rohmer, dévoilant un Paris changeant devant la caméra du réalisateur au cours de ses cinquante ans de carrière. Richard Misek est l’auteur de nombreux articles académiques sur l’esthétique au cinéma et du livre Chromatic Cinema sur l’histoire de la couleur au cinéma.

Nous lui avons demandé quels sont ses 5 films préférés de Rohmer. Les voici, en ordre chronologique.  

01

Le Signe du lion, Eric Rohmer, 1959

Voir le film

Beaucoup de gens n'aiment pas ce film de Rohmer. C’est vrai, le personnage principal manque un peu de charme, mais c'est un film incroyablement pur — l’histoire du parcours d'un homme à pied à travers Paris, pendant quelques jours. C’est aussi assez sombre. On suit le personnage principal tomber dans le vagabondage et progressivement, comme lui, on commence à voir Paris d’un point de vue très inhabituel pour les années 50 : distant, froid, aliéné. Une superbe anomalie parmi les film de Rohmer.

02

Charlotte et Véronique (ou Tous les garçons s'appellent Patrick), Jean-Luc Godard, 1959

Voir le film

Le plus amusant de la filmographie de Rohmer. Rohmer écrit le scénario, Godard le réalise et Jean-Claude Brialy y interprète le rôle masculin. De ce film se dégage parfaitement l’énergie des premières années de la Nouvelle Vague.

03

L'Amour l'après-midi, Eric Rohmer, 1972

Voir le film

Quelle idée géniale de faire un film qui se passe presque entièrement pendant des pauses déjeuners !

04

La Femme de l'aviateur, Eric Rohmer, 1981

Voir le film

Dans ce film, Rohmer redouble sa volonté de représenter, cartographier, la ville. Encore plus que dans Le Signe du lion, Rohmer semble s'attacher avant tout aux espaces parisiens et, dans un deuxième temps, à ses personnages principaux. Un film tourné de façon peu conventionnelle : avec sa toute petite équipe et ses acteurs principaux, Rohmer descendait dans la rue, y trouvait des décors et suivait l’histoire ainsi.

05

L'Anglaise et le Duc, Eric Rohmer, 2001

Voir le film

Cela doit être facile pour un réalisateur de simplement continuer à exécuter la recette qui l'a rendu connu. On faisait souvent ce reproche à Rohmer. Ce film montre à quel point il pouvait surprendre, même à 81 ans.

01 Le Signe du lion, Eric Rohmer, 1959

Voir le film

01

signofleo4signofleo2signofleo5

Beaucoup de gens n'aiment pas ce film de Rohmer. C’est vrai, le personnage principal manque un peu de charme, mais c'est un film incroyablement pur — l’histoire du parcours d'un homme à pied à travers Paris, pendant quelques jours. C’est aussi assez sombre. On suit le personnage principal tomber dans le vagabondage et progressivement, comme lui, on commence à voir Paris d’un point de vue très inhabituel pour les années 50 : distant, froid, aliéné. Une superbe anomalie parmi les film de Rohmer.

02 Charlotte et Véronique (ou Tous les garçons s'appellent Patrick), Jean-Luc Godard, 1959

Voir le film

02

charlotte0charlotte5charlott8

Le plus amusant de la filmographie de Rohmer. Rohmer écrit le scénario, Godard le réalise et Jean-Claude Brialy y interprète le rôle masculin. De ce film se dégage parfaitement l’énergie des premières années de la Nouvelle Vague.

03 L'Amour l'après-midi, Eric Rohmer, 1972

Voir le film

03

lamour2lamour5lamour1

Quelle idée géniale de faire un film qui se passe presque entièrement pendant des pauses déjeuners !

04 La Femme de l'aviateur, Eric Rohmer, 1981

Voir le film

04

aviator1aviator3aviator2

Dans ce film, Rohmer redouble sa volonté de représenter, cartographier, la ville. Encore plus que dans Le Signe du lion, Rohmer semble s'attacher avant tout aux espaces parisiens et, dans un deuxième temps, à ses personnages principaux. Un film tourné de façon peu conventionnelle : avec sa toute petite équipe et ses acteurs principaux, Rohmer descendait dans la rue, y trouvait des décors et suivait l’histoire ainsi.

05 L'Anglaise et le Duc, Eric Rohmer, 2001

Voir le film

05

thelady1thelady2thelady3

Cela doit être facile pour un réalisateur de simplement continuer à exécuter la recette qui l'a rendu connu. On faisait souvent ce reproche à Rohmer. Ce film montre à quel point il pouvait surprendre, même à 81 ans.

Partager sur TWITTER, FACEBOOK ou EMAIL